top of page
Rechercher

Sur 86 836 chercheurs d'emploi à Bruxelles,17,5% ne maîtrisent ni le français ni le néerlandais

Je présentais hier en commission des affaires économiques et de l’emploi la proposition de résolution du MR visant à rencontrer le problème persistant de la maîtrise insuffisante des langues chez les demandeurs d'emploi bruxellois.



Selon les dernières données, sur les 86 836 chercheurs d'emploi à Bruxelles, pas moins de 17,5% d'entre eux, soit 15 196 personnes, ne maîtrisent ni le français ni le néerlandais.

Ce constat est préoccupant, car nous savons tous que la maîtrise des langues est un atout essentiel pour l'insertion professionnelle et l'accès à l'emploi dans notre région diversifiée. Le MR appelle à des mesures concrètes pour renforcer l'apprentissage des langues en Région de Bruxelles-Capitale.

La proposition de résolution de notre groupe vise à rendre obligatoire un test linguistique pour tous les demandeurs d'emploi s'inscrivant auprès d'Actiris, ainsi qu'à rendre obligatoires les cours de langue pour les demandeurs d’emploi qui ont échoué au test linguistique initial (qui ont un niveau inférieur à B1 en français ou néerlandais, selon le cadre européen commun de référence pour les langues) et qui, après 6 mois de chômage, ne suivent pas de formation et n’ont pas de certificat médical. Enfin, notre proposition a pour objectif de renforcer les outils existants pour accroître la formation des demandeurs d’emploi en langues, singulièrement la plateforme Brulingua et les chèques-langues, et renforcer la communication de ceux-ci afin d'en accroitre leur usage.


Malgré les chiffres évoqués, malgré les engagements dans la déclaration de politique régionale et alors que la majorité PS-Ecolo-Défi prépare un bilan de compétences incluant un test de la connaissance des langues, il est regrettable que, mis à part la NVA, les autres groupes politiques aient voté, à grand recours de postures politiques, contre la proposition de résolution du MR.

85 vues0 commentaire

Comments


bottom of page