Rechercher
  • cbarzin

Nomination à la tête d’Actiris : Le gouvernement choisit l’opacité et le mépris du parlement


Il y a des jours où j’ai honte.


Ce vendredi 22 octobre, nous avions notre séance plénière au parlement bruxellois. Pour faire simple, c’est la « grosse réunion hebdomadaire » des députés, qui ont à cette occasion la possibilité de poser des questions d’actualité aux ministres, dans leur rôle de contrôle du gouvernement.


Je posais donc une question d’actualité concernant la nomination de la nouvelle directrice d’Actiris.



Il faut savoir que le mardi 12 octobre, la presse avait révélé des suspicions d’implication de la candidate issue de la procédure de sélection pour ce poste dans le processus de recrutement. Selon BX1, elle aurait eu accès à des documents avant les autres candidats et modifié la description de poste.


Sachant que cette candidate avait précédemment travaillé au cabinet du ministrede l’Emploi, il fallait faire la lumière sur les garanties de traitement équitable de tous les candidats en lice. Pour être cohérent, il fallait le faire avant la nomination officielle par le gouvernement.


Avec des collègues de la commission des affaires économiques et de l’emploi, qui se réunit le mercredi, nous avions donc demandé un débat d’actualité à ce sujet dès le lendemain, 13 octobre, afin de faire toute la clarté.Ce débat nous a été refusé. Il aurait aussi pu se tenir le mercredi suivant, 20 octobre, mais ce ne fut pas le cas non plus.

Entre-temps, se passant du débat parlementaire, le gouvernement a pris la décision de nommer la candidate en question lors du conseil des ministres de ce jeudi 21 octobre.


La question d’actualité de ce 22 octobre arrivait donc après coup et la moindre des choses eût été que l’on puisse prendre connaissance des éléments, à charge ou à décharge, permettant de faire la lumière sur cette procédure de sélection.


Mes questions :

- Comment a été rédigé l’appel à candidatures pour le poste de directeur général d’Actiris et de quelle manière la procédure de recrutement s’est-elle déroulée ?

- Le cabinet du ministre régional de l’Emploi a-t-il été impliqué dans la rédaction de la description de fonction, quelle chaîne de supervision au sein du cabinet a le cas échéant été suivie ? Quelles modifications concrètes de forme et de fond ont été apportées à la description de fonction ?

- Quand la future directrice générale a-t-elle quitté ses fonctions au sein du cabinet de l’Emploi ?

- Le conseil des ministres a-t-il vidé tout risque de conflits d’intérêts avant de procéder à la nomination ?


La réponse fut donnée par le ministre de la fonction publique, ni le ministre de l’emploi ni le ministre-président n’étant présents dans l’hémicycle. Et cette réponse fut lacunaire.


Nous n’avons reçu aucune des précisions demandées : ni le niveau d’implication du cabinet de l’Emploi, ni celui de la candidate en question, ni le type de modifications apportées à la description de poste.Circulez, ‘y a rien à voir.


Aujourd’hui, je suis choquée par le manque de transparence et cette manière si irrespectueuse de considérer le parlement.


Cette opacité et ce mépris, depuis 10 jours, sont indignes de l’image que l’on doit se faire d’une institution comme la Région de Bruxelles-capitale. Pour nous et pour les citoyens.


Article de BX1 : https://bx1.be/categories/news/actiris-cristina-amboldi-a-eu-acces-a-des-documents-avant-les-autres-candidats/

178 vues0 commentaire