top of page
Rechercher

Menace sur nos libertés de promenade canine

Le Kauwberg à Uccle, en haut de l’avenue Dolez, est un espace naturel semi-urbain de 53 ha, une zone verte classée Natura 2000 en 2015 et gérée par Bruxelles Environnement depuis 2019.


Le Kauwberg est le jardin de ceux qui n’en ont pas, c’est un espace vert en ville. Il fait aussi partie des rares et précieux espaces verts où, naturellement, les chiens peuvent gambader et se dépenser.


L’on sait l’impact positif du meilleur ami de l’homme pour sa santé physique et mentale, singulièrement depuis la crise sanitaire, où de nombreux Bruxellois ont adopté un compagnon à quatre pattes. Cela étant, le bien-être des chiens eux-mêmes doit aussi être assuré par la mise à disposition d’espaces de délassement suffisants.




Bruxelles Environnement a déposé une demande de permis d’urbanisme en vue de «réaliser des aménagements destinés à l’accueil du public, au maintien de la biodiversité et à la mise en valeur du patrimoine du Kauwberg». Après enquête publique fin août, la commission de concertation a eu lieu le 11 octobre dernier. On attend le permis.


En vue de soutenir la biodiversité, la Région entend ainsi, sur les 36 ha qu’elle gère, fermer 40% de l’espace au public pour y faire notamment du pâturage d’animaux, et ne plus réserver que deux zones de tolérance pour les chiens en liberté, l’une de 0,83 ha et l’autre, de 0,46 ha. Une de ces zones, du côté de l’avenue Jacques Pastur, est par ailleurs peu praticable et comporte une butte abrupte.


« Outre qu’ils seraient en liberté dans un espace beaucoup plus réduit, les chiens seraient désormais confinés, ce qui pourrait générer une pression - inexistante aujourd’hui - vu le nombre d’animaux qui y seraient de facto présents au même moment », indique la députée uccloise Clémentine Barzin.

Dans sa réponse au parlement ce mercredi, le ministre de l’Environnement soulignait que la règle était qu’un chien devait être tenu en laisse et qu’il s’agissait de disposer d’un permis d’urbanisme pour créer des zones de tolérance pour chiens en liberté. « A ce jour, il y a une tolérance pour les chiens en liberté dans l’ensemble de cet espace vert et une coexistence positive entre promeneurs et promeneurs avec chiens », indique l’élue. « Le ministre veut ajouter des couches de réglementations là où ce n’est pas nécessaire et où l’ensemble des bénéficiaires du Kauwberg évoluent aujourd’hui en harmonie ».


« Alors qu’il répète vouloir un équilibre entre la biodiversité et le rôle récréatif des espaces verts, le ministre de l’Environnement défend en fait un projet qui rompt l’équilibre actuel et privilégie la biodiversité au détriment des promeneurs et de leurs chiens, au risque de les rendre malheureux », dénonce Clémentine Barzin. « La Région doit tenir compte du caractère urbain d’un espace vert comme le Kauwberg et doit répondre aux demandes légitimes de ses différents bénéficiaires. Aujourd’hui je rencontre des gens stresséspar l’annonce de ces changements ».

Interrogé sur la mise en place d’un « maillage » de zones de liberté pour chiens dans l’ensemble de la Région bruxelloise, le ministre a par ailleurs, à nouveau, battu en retraite, se réfugiant derrière les communes. « Malgré les annonces, nous ne voyons toujours rien venir, aucun progrès, aucune proactivité pour véritablement concrétiser des zones d’accueil pour chiens en liberté. Alors que de plus en plus de Bruxellois ont adopté un compagnon à quatre pattes ces dernières années, cela aura été une législature perdue pour la place des chiens dans notre région », conclut la députée.


39 vues0 commentaire

Comments


bottom of page