Rechercher

Aides économiques : le Gouvernement bruxellois ne peut rater sa cible !

Suite à ma rencontre auprès d’entreprises et commerçants en difficulté, j’interpellais aujourd’hui en commission des affaires économiques la Secrétaire d'État Barbara Trachte sur les aides économiques régionales visant à contrer la crise énergétique, en insistant sur le risque de laisser en rade des secteurs entiers ou même des entreprises ou commerces individuels frappés par des factures énergétiques vertigineuses, en se basant simplement sur la short liste de l’IBSA, tel que la Ministre nous l’a annoncé dans les échanges précédents sur le sujet.


- Qu’en est-il de l’événementiel, où les événements coûtent plus cher mais où aussi de nombreux clients suspendent leurs commandes ?;

- Qu’en est-il des espaces de co-working, où l’on observe chez certains un transfert du télétravail vers leur entreprise pour un report de coûts énergétiques ?

- Qu’en est-il du monde de la nuit, où on constate des factures d’énergie multipliées par 5 (de 1.200 à 5.000 euros)?

- Qu’en est-il des clubs de sport, où là on me parle d’une multiplication par 7 (de 2.500 à 19.000 euros) ?

- Qu’en est-il aussi des indépendants franchisés souvent oubliés vu l’enseigne coupole d’une grande entreprise bien connue : un proxi-Delhaize, c’est aussi un indépendant qui doit assumer une augmentation de 6.000 à 28.000 euros de sa facture d’énergie, je pense aussi aux magasins de produits pour animaux de grandes chaînes type Tom&Co, c’est la même problématique…


*


J’ai aussi insisté sur l’importance de mettre en place des instruments de soutien à la trésorerie non conditionnés à des investissements économiseurs d’énergie. En effet, nombre de commerces et structures m’ont parlé de leur problème immédiat de cashflow, avec parfois la question du stop ou encore de leur activité.


*Retrouvez l’ensemble de l’échange via ce lien (2min03) : https://www.youtube.com/watch?v=GFhO9q1q_R0




Clementine Barzin

Députée




21 vues0 commentaire